Sophrologie 95

Sophrologie-val-d-oise_1 Shape1
Shape2

Sophrologie

Méditation

Hypnothérapie

Liens


Analyse

Shape3

Accueil

Qui je suis

Cabinet

Séances de groupe

Consultations individuelles

Shape4 Shape5 Shape6

Sophrologie 95

sophrologie-val-d-oise_2 Shape7 Shape8

Dossiers

L'École des Parents

Contact

Liens

Médiathèque

Sophrologie Val d'Oise

Sophrologie Val d'Oise

Coaching Val d'Oise

L'ensemble des textes et méthodes décrites dans ce site sont protégés et tous droits réservés.

Toute demande d'autorisation pour utilisation doit être adressée à : Sophrologie 95 / 64 rue de Beauchamp / 95150 Taverny.

Toute utilisation non autorisée constitue une contrefaçon sanctionnée pénalement.

Le Blog

Les apports de Freud sont essentiels...

...parce qu'ils permettent une compréhension globale de la personne et de la psychologie humaine. La conscience des choses n'explique pas la cause des symptômes (même si il est important d'avoir conscience de ce qui se passe en soi). En effet, l’inconscient (dans lequel sont refoulées les causes du mal être) n'est pas spontanément accessible à la conscience, mais il se révèle à travers les actes manqués, les lapsus, les mots d'esprit, les rêves. Pour y accéder il faut donc faire le choix de s'y atteler.


Les concepts fondamentaux de la psychanalyse freudienne

Freud a découvert trois principaux stades de l'évolution de l'individu: le stade oral, le stade anal et le phallique. Ils ont une influence primordiale sur le développement du jeune enfant et conditionnent le déroulement de sa vie d'adulte.



Le stade oral commence dès le premier jour de la vie. dès la naissance le bébé va se nourrir en tétant. Il découvre que manger est un plaisir (au delà du besoin organique). Il conservera ce besoin de succion au dela de la nécessité de se nourrir (tétines, pouce etc).

L'oralité touche à la bouche, les lèvres, le tube digestif.


Le stade anal commence entre la première et la deuxième année de la vie de l'enfant. L'enfant devient progressivement plus autonome, les rapports à l'environnement évoluent, il abandonne sa dépendance à l'oralité.Il découvre l'usage des sphincters anal et urinaire et découvre la jouissance en jouant avec cette analité.

Au plaisir physique de l'expulsion se joint la propreté et le bonheur d'être félicité par sa mère ou au contraire la possibilité de la contrarier en salissant. Une fixation à ce stade peut expliquer certaines formes d’agressivité.


Le stade phallique où l'enfant découvre la présence ou l'absence de phallus, et, au delà du plaisir d'uriner, un plaisir narcissique.

Fier de son sexe, il peut mettre l'urine, là où il veut, cela lui confère un grand pouvoir, mais le petit garçon qui découvre son pénis a également peur de le perdre. En découle le complexe de castration (pour Freud il touche les filles comme les garçons). La petite fille, elle, découvre qu'il lui manque quelque chose et va se sentir inférieure, mais elle découvre également qu"elle peut porter un enfant, et cela remplace l'absence de pénis par un autre objet: le désir d'avoir un enfant. Elle va donc se tourner vers son père (père potentiel de son enfant), c'est le début du complexe d'oedipe. Lacan explique le complexe d'Oedipe de manière relativement différente.


Le fameux et si controversé complexe d'oedipe

Selon Freud, la petite fille va donc se rapprocher de son papa et entrer en compétition (rivalité) avec sa maman dont elle était jusqu'alors très proche. Mais cette jalousie à l'égard de la mère éveille en elle un fort sentiment de culpabilité.

Pour le petit garçon, le complexe d'oedipe est encore plus violent puisqu'en se rapprochant de la mère il entre en conflit avec son père.  Ce conflit entre hommes de la famille est très difficile à vivre pour le petit garçon. (lire : "Le petit Hans", analyse d'une phobie chez un petit garçon de cinq ans).

C'est en fonction du déroulement du complexe d'oedipe que la vie amoureuse d'un individu s'orientera dans un sens ou dans un autre. Il conditionnera également fortement le type de partenaire que l'on choisira.


Le transfert du complexe d'oedipe sur le thérapeute

Il y a deux formes de transfert: le positif et le négatif. Le patient peut ressentir de l'amour pour son thérapeute ou au contraire de la haine. Il reporte sur l'analyste ce qu'il a pu ressentir pour l'un de ses parents ou des personnes qui lui ont été proches dans l'enfance.

Le transfert arrive progressivement au cours de l'analyse et voit se succeder des  manifestations de nature parfois ambivalentes à l'encontre de l'analyste. Par le transfert, le patient revit des émotions et des évènements vécus dans le passé.


Après avoir découvert l'inconscient, Freud introduit le ça, le moi et le surmoi: en quoi ces concepts sont-ils important?

Pulsion et refoulement. Les pulsions de vie ou de mort sont très difficiles à vivre. Elles plongent celui qui les vit dans l'embarras, dans le malaise, dans la culpabilité. Ce qui le conduit à les refouler. Désir sexuel reprimé par la morale ou envie de meurtre, lorsque ces pulsions sont vécues comme potentiellement nocives pour la santé et/ou pour la vie, elles sont réprimées. C'est cette répression qui crée le refoulement.


Chaque personnalité, chaque individu a ses mécanismes de défense. Ils permettent de maintenir le système "structuré" de manière à ce que le moi ne s’effondre pas : refoulement, isolation, sublimation, régression, projection....


Le refoulement, le plus fréquent, consiste à faire sortir de la conscience (refouler) ce qui a été vécu. Il est très présent dans les névroses et dans les cas d'hystérie. Il en existe deux modes: primaire et secondaire. Un premier évènement provoque un premier refoulement. Des évènements similaires pourront alors déclencher des refoulement secondaires.

Le refoulement ne fait pas disparaître l’évènement "traumatisant" mais il le "stocke" quelque part dans l'inconscient.


La sublimation est un mécanisme de défense positif : l’énergie vitale initiale est canalisée et va permettre de mettre en oeuvre des actes positifs dans la vie. Elle permet d'accéder à la conceptualisation et à la symbolisation. Elle permet des actes de création, des réalisations artistiques.

Freud-2.138

Introduction

Comment se passe une séance de psychanalyse?

Freud et la psychanalyse

Analyse

Site with XWebDesignor  By www.neutssoftware.com